Partir, tout lâcher et se dire qu’il y a beaucoup de chose...

Partir, tout lâcher et se dire qu’il y a beaucoup de chose à voir ailleurs

by -
1 1211

Une réflexion qui revient souvent quand on parle de notre projet à nos amis, collègues, famille : mais pourquoi vous partez ?

Ce n’est pas qu’on ne se sent pas bien en France (quoique parfois on peut se poser des questions), mais nous nous sommes dits que nos premiers jalons dans la vie professionnelle étant posés, il était temps de mettre entre parenthèse notre quotidien (Bordeaux pour Caro, Paris pour Rémi) pour choisir une voie un peu différente. Prendre le temps de découvrir un continent, pendant un an, aller à la rencontre de nouvelles personnes et nous mettre en danger d’une certaine façon.

On oublie notre « zone de confort »,  on y va les yeux grands ouverts et on profite. Voilà ce que nous nous sommes dit, puisqu’il s’agit aussi d’un projet à deux.

« Le couple TGV » se retrouve au bout du monde.

Aussi, et cela a rendu les choses plus faciles, tous nos amis, proches et famille nous soutiennent pour ce projet, ce qui nous a conforté dans nos choix. Merci à eux, et un merci tout particulier à tous ceux qui nous ont donné (on l’espère) de bons tuyaux avant de partir.

Pour finir ce premier article, voici un poème de Pablo Neruda qui dit certainement mieux que moi ce qui nous motive à partir.

Il meurt lentement celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap lorsqu’il est malheureux au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant !
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !

Merci à Céline pour ce poème que je ne connaissais pas mais qui est tout à fait à propos pour notre départ.

SIMILAR ARTICLES

8 4883

5 2336

1 COMMENT

Leave a Reply